La Santé

L’alimentation occidentale classique est généralement riche en viande, œufs et produits laitiers, et pauvre en fruits, légumes et céréales complètes. Il n’est donc pas étonnant que les maladies chroniques se développent et fassent désormais partie des toutes premières causes de mortalité.

Obésité

L’obésité est une maladie grave, handicapante et parfois mortelle, car elle accroît les risques de maladie coronarienne, de diabète, d’AVC et de cancer.1 Actuellement aux États-Unis, plus de 39 % des adultes sont obèses.2

Opter pour une alimentation végétale peut s’avérer, pour la gestion de son Indice de Masse Corporelle, plus efficace que les régimes classiques à faible teneur en graisses.3 Des études ont montré que les végétariens sont statistiquement plus minces que les consommateurs de viande, tandis que les végétaliens ont un Indice de Masse Corporelle plus faible encore.4

Découvrez le témoignage d’un homme qui a vaincu ses problèmes de poids

Cardiopathies

La maladie coronarienne est la première cause de mortalité aux États-Unis,5 comme dans le monde entier.6 Elle est généralement causée par une accumulation de dépôts graisseux (plaques d’athérome), sur les parois des artères autour du cœur (les artères coronaires). Ces dépôts rétrécissent les artères et limitent le flux de sang vers le cœur. Le tabagisme et le surpoids augmentent les risques de maladies cardiovasculaires, mais les produits d’origine animale jouent aussi un rôle significatif.7

Leur teneur élevée en graisses saturées peut provoquer l’augmentation du taux de cholestérol et le risque de développer des cardiopathies. À l’inverse, la plupart des aliments végétaux ont une faible teneur en acides gras saturés et ne contiennent pas de cholestérol. Ce qui explique qu’une alimentation riche en produits végétaux tels que les céréales complètes, les haricots, les noix, les fruits et les légumes peut aider à réduire le taux de cholestérol sanguin et contribuer ainsi à la bonne santé cardiaque.8

Découvrez le témoignage d’un homme qui a vaincu ses problèmes cardiaques

Cancer

La consommation insuffisante de fruits et de légumes serait à l’origine de près de 14 % des décès de cancer gastro-intestinal dans le monde.9 Pour autant, ce n’est pas seulement la trop faible consommation de produits végétaux qui à l’origine de certains cancers, c’est aussi la viande elle-même.

En 2015, l’Organisation mondiale de la santé a annoncé qu’elle disposait de données épidémiologiques suffisantes pour classer les viandes transformées comme cancérogène de groupe 1 pour l’être humain.10 Cette catégorie n’est utilisée que lorsque la cause du cancer a été prouvée de manière convaincante. Ils ont ainsi déterminé que la consommation de viande transformée était à l’origine du cancer colorectal et un lien avec le cancer de l’estomac a également été observé.

La viande rouge a été classée dans le groupe 2A, celui des substances “probablement cancérogène pour l’homme”. Les preuves les plus solides concernent les risques de cancer colorectal, mais il existe également des liens avec les cancers du pancréas et la prostate.11

Au-delà de la viande, certaines études ont également établi une corrélation entre les produits laitiers et le cancer de la prostate, de même qu’un risque accru de cancers du poumon, du sein et de l’ovaire chez les personnes intolérantes au lactose.12

Découvrez le témoignage d’une dame qui a vaincu le cancer

Diabète de type 2

Plus de 30 millions d’Américains sont diabétiques.13 Pour l’écrasante majorité d’entre eux, il s’agit du diabète de type 2, une maladie potentiellement dévastatrice, pouvant entraîner une perte de vision, l’amputation de certains membres ou encore une maladie rénale. Et pourtant, chez la plupart des gens, le diabète peut être évité, contrôlé ou même entièrement guéri par de simples changements d’habitudes alimentaires.14

Les alimentations à dominante végétale, riches en fruits et légumes, noix, céréales et légumineuses, ont prouvé leur efficacité dans le traitement de nombreuses maladies chroniques et sont souvent associées à des risques réduits de diabète de type 2, moins d’hypertension, des taux de cholestérol plus bas et des risques de cancer réduits.15 – Diabetes UK

Dans une méta-analyse de 14 études différentes, les chercheurs ont constaté que “les végétariens ont 27 % de risques de diabète en moins que les omnivores” et que “les végétaliens en particulier sont les moins sujets au diabète parmi les différentes catégories de végétariens”. Même dans les comparaisons faites à poids équivalents, les vegans semblent avoir un moindre risque de développer cette maladie.16

Découvrez le témoignage d’un homme qui a vaincu le diabète

Nous avons une bonne nouvelle

En fait, une excellente nouvelle ! Notre génétique ne définit pas notre destin. Des changements dans notre alimentation et notre mode de vie peuvent prévenir certaines des principales causes de décès prématurés que sont les maladies coronariennes, les AVC, certains cancers et le diabète de type 2. Choisir de végétaliser son alimentation est un excellente initiative, qui peut aussi bénéficier à la santé de notre environnement, la santé des animaux et la santé de notre économie, en plus de bénéficier à notre propre santé.

Les alimentations végétariennes correctement menées, dont le végétalisme, sont saines, adéquates sur le plan nutritionnel, et peuvent présenter des avantages dans la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien menées sont adaptées à tous les stades de la vie, notamment aux femmes enceintes, aux femmes qui allaitent, aux nourrissons, aux enfants, aux adolescents ainsi qu’aux sportifs.”17 – Académie de Nutrition et de Diététique

1 Koroukian SM, Dong W, Berger NA. Changes in Age Distribution of Obesity-Associated Cancers. JAMA Netw Open. Published online August 14, 20192(8):e199261. doi:10.1001/jamanetworkopen.2019.9261

2 The State of Obesity: Better Policies for a Healthier America

3 Turner-McGrievy GM, Barnard ND, Scialli AR. A two-year randomized weight loss trial comparing a vegan diet to a more moderate low-fat diet. Obesity (Silver Spring). 2007 Sep;15(9):2276-81.

4 Tonstad S, Butler T, Yan R, Fraser GE. Type of Vegetarian Diet, Body Weight, and Prevalence of Type 2 Diabetes. Diabetes Care. 2009;32(5):791-796

5 ‘Mortality in the United States, 2017’, Centers for Disease Control and Prevention

6 ‘The top 10 causes of death’. World Health Organization, J24 May 2018

7 ‘Vegetarian diets and blood pressure among white subjects: results from the Adventist Health Study-2 (AHS-2)’

8 The World Health Organization, ‘Healthy Diets’, 23 Oct 2018

9 ‘Promoting fruit and vegetable consumption around the world’, World Health Organization

10 ‘Q&A on the carcinogenicity of the consumption of red meat and processed meat’, World Health Organization

11 Ibid

12 ‘Health concerns about dairy’, Physicians Committee for Responsible Medicine

13 ‘Type 2 diabetes’, Centers for Disease Control and Prevention

14 ‘Type 2 diabetes can be reversed in just four months, trial shows’, Sarah Knapton, The Telegraph, 15 Mar 2017

15 ‘Vegetarian diets and diabetes’, Diabetes UK

16 Lee Y, Park K. Adherence to a vegetarian diet and diabetes risk: a systematic review and meta-analysis of observational studies. Nutrients 2017, 9(6), 603

17 Melina, V.; Craig, W.; Levin, S. Position of the academy of nutrition and dietetics: Vegetarian diets. J. Acad. Nutr. Diet. 2016, 116, 1970–1980.

Manger vegan au mois de janvier

Lancez-vous !