Foi

 “La Bible ne donne pas lieu à un anthropocentrisme despotique qui se désintéresserait des autres créatures.”1 – Pape François

Durant le carême, de nombreux chrétiens choisissent de s’abstenir d’une chose ou d’une autre afin de consacrer davantage de temps à la prière et à la contemplation. Par cet acte d’abstinence, nous nous souvenons de ce que Jésus a abandonné pour nous et, ce faisant, nous espérons nous rapprocher de Dieu. C’est une façon de nous rappeler que toutes les bonnes choses dont nous disposons, y compris l’abondance de nourriture végétale, viennent de Lui. Alors, pourquoi les chrétiens devraient-ils envisager de devenir vegan pendant le carême ?

L’environnement et justice mondiale

Un sujet qui mérite réflexion durant le carême est celui de l’écologie et de la préservation de la planète Terre, notre maison commune. Les effets du changement climatique se font déjà remarquer et ne cessent de s’amplifier. Ceux qui souffrent le plus de ces dégradations environnementales sont les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables : celles qui sont le moins à même de subvenir à leurs besoins. Jésus nous a appris que ces personnes sont nos prochains. Et pourtant, nos choix alimentaires nourrissent directement la crise climatique et contribuent à l’exploitation de ces communautés. L’élevage, qui est responsable de la mort de milliards d’animaux chaque année, est aussi l’une des principales causes du changement climatique, de la déforestation, de l’extinction des espèces, de la pollution et de nombreux problèmes de santé humaine. L’adoption d’une alimentation végétale est l’un des principaux leviers dont chacun d’entre-nous dispose pour réduire son empreinte carbone. Notre foi de chrétiens peut nous motiver dans cette démarche. Serait-ce une réflexion que vous pourriez mener durant le carême ?

Ce que nous choisissons de mettre dans nos assiettes est aussi une question de foi. C’est un moyen pour nous de rendre grâce et faire preuve de reconnaissance en retour de tout ce que Dieu nous a offert. Et répondre avec amour à l’amour que nous avons reçu.

Que dirait Jésus de l’élevage industriel ?

Que dit la Bible au sujet de la consommation de viande ?

Lors du carême, les chrétiens cherchent à se rapprocher du cœur de Dieu. Et nous pourrions en profiter pour mener une réflexion sur ce que Dieu pense de la consommation de viande et de la violence qu’elle nécessite. Bien que les interprétations varient, la Bible est étroitement liée au véganisme. Dans la Genèse, il est écrit qu’après avoir créé Adam et Ève, Dieu leur dit : “Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture.” (Genèse 1:29). Par ces mots, Dieu indique aux humains de manger des légumes et des fruits.

Et tandis que la viande était autorisée en cas de besoin, la cruauté envers les animaux a toujours été interdite. Aujourd’hui, presque toute la viande consommée en France provient d’animaux qui ont souffert les conditions infernales de l’élevage industriel.

Alors que toute la création souffre et aspire maintenant à sa restauration (Romains, chapitre 8), Dieu promet de rétablir la paix entre toutes les créatures. Dans ce nouveau ciel et cette nouvelle terre, Dieu « essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur » (Révélation, chapitre 21).

Deux mille ans en arrière, le changement climatique, la déforestation et l’extinction des espèces ne préoccupaient personne et l’élevage industriel n’existait pas encore. Mais aujourd’hui, nous sommes confrontés à ces problèmes graves et urgents, et nous devons tous envisager de nous abstenir des produits qui génèrent cette destruction. Finalement, beaucoup considèrent le choix auquel nous sommes confrontés comme celui de vivre dans le jardin d’Eden ou de choisir la voie de la violence, de la souffrance et de la misère mondiale.

Valeurs chrétiennes

Parmi les valeurs enseignées dans la Bible figurent la gentillesse et le respect, la générosité, l’humilité, la non-violence, la maîtrise de soi et la compassion (Galates 5.22-26). Les valeurs chrétiennes encouragent la paix, la bienveillance, l’empathie et rejettent la cruauté envers les animaux (Proverbes 12.10).

Ces valeurs, qui sont au cœur de l’identité chrétienne, sont obscurcies et bafouées par de nombreuses normes culturelles. Le goût du fromage est devenu plus précieux que le veau qui souhaite boire le lait de sa mère, la disponibilité des œufs bon marché plus importante que la liberté d’un oiseau à pouvoir déployer ses ailes.

Le carême est le moment idéal pour réfléchir à la manière dont nos repas peuvent être en contradiction avec nos valeurs profondes. Lorsque nous choisissons une alimentation qui cause des souffrances aux animaux, contribue à la faim dans le monde et à la destruction de l’environnement, il est facile de comprendre pourquoi beaucoup considèrent que ce que nous mangeons est vraiment une question de foi. Mais le christianisme est une religion d’espérance et non de désespoir. Dans un esprit de gratitude et de confiance en Dieu, nous portons un regard enthousiaste sur toutes les façons dont il est possible d’agir, plutôt que de nous retourner sur les erreurs du passé.

Partager la paix

Lorsque nous nous installons à table et que nous prenons le temps de dire un petit mot de bénédiction, en remerciement de la nourriture qu’on s’apprête à consommer, le faisons-nous sans réfléchir ou nous interrogeons-nous réellement sur la provenance de ce repas ? Si nous consommons la chair ou les sécrétions d’un animal, prenons-nous en compte la peur que cet animal a pu ressentir et la cruauté qu’il a pu subir ? Nous demandons-nous s’il est nécessaire et s’il est juste de consommer ce type de nourriture quand Dieu nous a donné une abondance d’autres possibilités ? Pour la plupart d’entre nous, la réponse est “non”.

Lorsque nous mangeons de la viande, nous devrions également considérer nos frères et sœurs dont le travail est d’abattre ces animaux hors de la vue du public, afin que nous-mêmes n’ayons pas à faire face à un tel désagrément. L’impact psychologique de ces actes ne doit pas être sous-estimé. Le travail dans les abattoirs a été associé à divers troubles psychiques parmi lesquels le syndrome de stress post-traumatique, de même qu’à une augmentation des taux de criminalité et notamment des cas graves de violence conjugale, d’alcool et de drogues. Beaucoup pourraient penser que ceci est une trahison de l’enseignement du Christ qui dit “Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux” (Luc 6:31).

Manger vegan est un moyen efficace de préserver l’éclat et la splendeur de la Création de Dieu, de faire preuve de considération, de gentillesse et de bienveillance pour tous les êtres vivants.

Télécharger le guide

Découvrir l'alimentation végétale

Télécharger le guide