L’élevage est en train de détruire la planète

animal agriculture environmental destruction and deforestation

Des habitations et commerces régulièrement réduits en cendres par des incendies incontrôlés. De vastes pénuries d’eau résultant de graves sécheresses. Une augmentation des maladies respiratoires et contagieuses.

Bienvenue dans le monde qui nous attend dans seulement 12 ans si nous ne prenons pas, d’ici là, des mesures drastiques pour lutter contre le changement climatique.

Oui, c’est vraiment sérieux.

Un rapport publié en 2018 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a déclaré qu’il ne nous reste qu’un peu plus d’une décennie pour éviter une catastrophe climatique irréversible.

De votre côté, vous avez peut-être déjà adopté des gestes pour sauver la planète. Peut-être avez-vous commencé à utiliser des ampoules à économie d’énergie, à recycler et à acheter des produits écologiques, allant de la lessive et des vêtements bio aux voitures écoénergétiques. Ce sont toutes de très bonnes pratiques et nous vous félicitons pour vos efforts.

Cependant, si nous avons une chance réelle de sauver littéralement notre planète, nous devons prendre conscience de l’un des plus grands responsables du changement climatique, de la destruction et de la dévastation de notre environnement : l’élevage.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la consommation de viande et de produits laitiers augmente chaque année. La production mondiale de viande devrait plus que doubler, passant de 229 millions de tonnes en 1999-2001 à 465 millions de tonnes en 2050, et la production laitière devrait passer de 580 tonnes à 1 043 millions de tonnes.

En 2016, l’ONU nous avertissait déjà dans son rapport Livestock’s Long Shadow que l’élevage était « l’un des facteurs qui contribue le plus aux problèmes environnementaux les plus graves de notre époque ». Si grave en effet que les animaux élevés pour leur viande, les produits laitiers et les œufs, produisent plus de gaz à effet de serre que le carburant de l’ensemble des transports mondiaux réunis.

Réfléchissez-y un instant. Les émissions de carburant de chaque camion, bateau, train, voiture et avion combinés ne produisent pas autant d’émissions nocives de gaz à effet de serre que l’élevage.

Mais ce n’est pas tout : l’élevage contribue aussi aux pénuries d’eau douce, à la destruction des terres et à la déforestation, à la pollution de l’air et de l’eau, à la réduction des habitats naturels et à l’extinction des espèces.

Examinons de plus près certaines des conséquences de l’élevage :

Comment l’agriculture animale affecte notre eau:

L’humanité se dirige vers des problèmes croissants de pénurie, de rareté et d’épuisement d’eau douce. D’ici 2025, 1,8 milliard de personnes vivront dans des pays ou des régions où la pénurie d’eau sera totale et les deux tiers de la population mondiale pourraient connaître des situations de stress hydrique.

Le secteur de l’élevage est un acteur clé dans l’augmentation de la consommation d’eau, représentant plus de 8 % de la consommation mondiale d’eau par l’homme. En effet, selon la plateforme de collaboration Water Footprint Network, les aliments d’origine animale nécessitent beaucoup plus d’eau que leurs équivalents d’origine végétale.

Comment l’agriculture animale affecte la destruction des terres et la biodiversité:

L’élevage est le premier consommateur mondial en ressources foncières, les pâturages et les terres cultivées destinés à nourrir animaux représentant près de 80 % de toutes les terres agricoles.

L’augmentation de la production animale est également un facteur clé de la déforestation, en particulier en Amérique latine où la déforestation est la plus importante. 70 % des terres de l’Amazonie auparavant boisées sont occupées par des pâturages, et les cultures fourragères pour animaux d’élevage couvrent une grande partie de la part restante.

Prenez le temps pour digérer ce qui va suivre : le soja et les céréales cultivés dans ces régions ne sont pas destinés à la consommation humaine, mais à nourrir des animaux d’élevage qui sont ensuite tués pour la consommation humaine.

Cette destruction des terres provoque également la migration forcée d’animaux sauvages, ce qui entraîne la perte d’habitats naturels et l’extinction des espèces. À l’échelle mondiale, 60 % des populations animales ont été décimées depuis 1970. Cela a conduit certains scientifiques à déclarer que la faune de la Terre est en train de subir sa sixième extinction de masse et que c’est la première fois que cette extinction est causée par une espèce.

Comment l’agriculture animale provoque la pollution:

Les déjections animales produites par les quelque 70 milliards d’animaux élevés chaque année sont généralement stockées dans de grandes fosses, d’où s’échappent des gaz toxiques. Il est fréquent que ces fosses débordent, causant la dévastation des sols et des cours d’eau. Une fois dans la nappe phréatique, ces rejets constituent une menace pour les réserves d’eau potable, avec une contamination possible par la bactérie Escherichia coli (E. coli), la salmonelle, les produits pharmaceutiques et les pesticides. Ils endommagent les milieux humides et alimentent la prolifération d’algues qui, à leur tour, détruisent la vie aquatique.

Mais alors que faire ?

L’une des actions majeures que vous pouvez mettre en œuvre pour sauver la planète, pour vous-même et pour les générations futures, est de rendre votre alimentation plus verte en renonçant aux produits animaux au profit d’une alimentation végétale.

L’empreinte carbone de la production d’aliments d’origine animale est beaucoup plus élevée que celle des aliments d’origine végétale. Pas plus tard que l’an dernier, une étude de l’Université du Michigan a révélé que la production du steak végétal Beyond Burger était beaucoup écologique que les steaks de bœuf traditionnels.

Il ne nous reste que 12 ans pour sauver l’organisme-même qui nous maintient en vie. Nous ne pouvons pas nous permettre de mettre un pansement sur une plaie béante. Nous devons mettre en œuvre des mesures urgentes et drastiques pour guérir la planète.

L’année dernière, des chercheurs de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni ont déclaré que le véganisme était “la meilleure manière” de réduire notre impact environnemental sur la planète.

Nous pouvons changer les choses au quotidien, en écartant simplement les produits animaux de notre alimentation.

Essayez l’alimentation végétale en téléchargeant gratuitement votre guide vegan.

 

Katrina Fox est une journaliste et consultante en relations publiques qui a écrit pour un large éventail de médias papier et en ligne au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie. Vegan depuis 21 ans, elle est la fondatrice de VeganBusinessMedia.com. Elle fournit également des ressources, donne des conseils et des formations aux entrepreneurs, auteurs et créateurs vegan. Originaire du Royaume-Uni, Katrina vit à Sydney et est la directrice de campagne australienne pour Million Dollar Vegan.

Manger vegan dès aujourd'hui

Télécharger le guide