Pourquoi ne pas vivre et laisser vivre !

C’est précisément ce que les vegans veulent faire !

Nous voulons vivre longtemps et en bonne santé, et nous assurer que les gens que nous aimons peuvent en faire autant. En fait, de nombreuses personnes en sont venues au véganisme par la recherche de moyens d’améliorer leur propre santé ou celle d’un être cher. Comme nous, elles veulent vraiment vivre et laisser vivre.

Et les répercussions vont plus loin que nos propres cercles familiaux et sociaux. Aujourd’hui, quelque 820 millions de personnes n’ont pas assez à manger et la dénutrition contribue à 45 pour cent des décès d’enfants de moins de cinq ans.1 En quoi est-ce pertinent ? Parce que la nourriture que nous mangeons a un impact sur les plus pauvres dans le monde.

Plus nous mangeons de viande, moins il y a de nourriture pour les autres. C’est parce que les animaux d’élevage ne convertissent pas efficacement ce qu’ils mangent en viande et nous obtenons moins de calories dans la viande, le lait et les oeufs que ce que nous leur avons donné en nourriture.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture le formule ainsi : « Lorsque le bétail est élevé dans des systèmes intensifs, il convertit les glucides et les protéines qui pourraient autrement être consommés directement par les humains et les utilise pour produire une plus petite quantité d’énergie et de protéines. » 2

Au total, un tiers de la récolte mondiale de céréales3 et 70 pour cent de la récolte mondiale de soja4 sont destinés aux animaux d’élevage. Si ces cultures étaient mises à la disposition de la population, nous pourrions éradiquer la faim dans le monde aujourd’hui. On pourrait vivre et laisser vivre.

Nous pensons également aux personnes dont la vie a été bouleversée et dont la santé a été compromise par d’énormes élevages intensifs, à l’image des CAFO aux États-Unis (Concentrated Animal Feed Operations). Des gens comme Elsie Herring, l’arrière-petite-fille d’un esclave affranchi, souffrent d’une santé débilitante et douloureuse à cause des pratiques d’élevage. Pour Elsie et sa famille, les maladies respiratoires sont fréquentes à cause du lisier d’animaux pulvérisé à travers le pays. Trop souvent, ces immenses élevages toxiques sont construits dans des communautés de couleur pauvres où les habitants ont peu de poids politique pour protester.5 Nous pensons aussi à eux et à leur droit de vivre sans être blessés, ainsi qu’aux travailleurs agricoles qui meurent en inhalant les fumées toxiques du lisier.6 7

Parce que l’élevage a besoin de tant de terres, et parce que la demande de viande ne cesse d’augmenter, de plus en plus d’habitats anciens sont détruits pour faire place au pâturage, ou pour cultiver toutes ces cultures nécessaires à l’alimentation des animaux d’élevage. Cette destruction a un impact énorme et dévastateur sur la faune. L’humanité a anéanti 60 pour cent de toutes les populations animales depuis 1970, et les principaux coupables sont l’agriculture, la chasse et la pêche. Si nous arrêtions de manger tous les produits animaux, nous pourrions vivre et laisser vivre les animaux sauvages.8

Et que dire de ces animaux coincés dans des cages et des caisses, dans des élevages industriels ou des parcs d’engraissement sales où il n’y a rien d’autre à faire pour les êtres sensibles que de rester debout toute la journée ? Qu’en est-il des animaux qui sont transportés par camion pendant des jours entiers, souvent sans nourriture ni repos, pour se faire trancher la gorge lorsqu’ils atteignent leur destination ? Ces animaux ne méritent pas un tel traitement. Ils veulent vivre.

Être vegan est un choix qui aide les autres à s’épanouir aussi. Notre philosophie est la suivante : vivre et laisser vivre.

Inscrivez-vous pour découvrir l’alimentation végétale et accédez gratuitement à notre guide vegan, nos fiches de recettes et nos conseils santé et nutrition.

Manger vegan au mois de janvier

Lancez-vous !