Ces animaux ne seraient jamais nés si on ne les mangeait pas

Pour la plupart des animaux entassés dans les hangars d’élevages industriels, assis dans leurs propres excréments et regardant leurs compagnons mourir autour d’eux, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Pour les animaux qui restent debout toute la journée dans les parcs d’engraissement, pour les vaches qui pleurent de chagrin quand on leur enlève leurs veaux, pour les porcs enfermés dans des caisses si petites qu’ils ne peuvent se retourner ou pour les poulets debout sur leurs pattes cassées, la vie n’est que douleur et détresse. Il n’est pas juste que nous créions des animaux simplement pour leur faire du mal de cette façon.

En outre, si nous croyions vraiment que nous devrions créer des vies juste pour donner à des êtres sensibles l’expérience de la vie, nous aurions tous autant d’enfants ou élèverions autant de chiens que nous le pourrions. Mais nous ne le faisons pas parce que nous savons qu’ils ont besoin de soins individuels pour s’assurer qu’ils vivent heureux et épanouis. Être en vie ne suffit pas.

Bien sûr, les animaux d’élevage ne reçoivent pas de soins ni d’attention individuels. Des dizaines de milliers de poulets peuvent être entassés à l’intérieur d’une grange dans un élevage qui abrite des millions d’oiseaux. Les morts sont ramassés tous les jours sans que personne ne se soucie de savoir combien de temps ils ont souffert ou s’ils auraient pu être soignés. Leurs corps sont simplement jetés dans une benne à ordures.

Et les animaux d’élevage ne se comportent pas non plus naturellement. Ils ne peuvent pas se déplacer ou choisir un compagnon, nicher ou creuser dans le sol. Les oiseaux ne volent pas. Les poissons n’ont nulle part où aller. Tout ce qui leur permettrait de vivre leur vie leur est refusé. Même leurs petits leur sont enlevés.

Si nous voulons donner aux animaux une vie digne d’être vécue, nous ne devons pas soutenir financièrement l’agriculture intensive (c’est ainsi que presque tous les animaux d’élevage en France sont élevés). Nous pouvons choisir des aliments vegans, et nous pouvons aussi nous porter volontaires dans un sanctuaire pour aider les survivants chanceux de cette industrie impitoyable à avoir une vie qui vaut vraiment la peine d’être vécue.

Inscrivez-vous pour découvrir l’alimentation végétale et accédez gratuitement à notre guide vegan, nos fiches de recettes et nos conseils santé et nutrition.

Manger vegan au mois de janvier

Lancez-vous !