Les plantes souffrent aussi

Les plantes sont des êtres vivants incroyables. Elles peuvent voir, entendre, sentir et réagir. Elles se battent pour un territoire, cherchent de la nourriture, évitent les prédateurs et piègent leurs proies.1

Mais ressentent-elles de la douleur ? Nous sommes quasiment certains que non.

Elles n’ont ni système nerveux central ni récepteur de la douleur. La douleur est une sensation conçue pour nous faire réagir rapidement, pour combattre ou pour fuir. Or la plupart des plantes ne peuvent réagir rapidement, et aucune ne peut fuir. Elles n’ont aucun besoin biologique de ressentir la douleur et aucun avantage à la ressentir.

Ce qui est vraiment intéressant, cependant, c’est que personne ne peut être sûr que quelqu’un d’autre que soi-même ressent la douleur. Vous dites que oui, et on vous croit, mais pour les autres êtres qui ne peuvent pas parler, les scientifiques se fient à deux choses : ont-ils tous les attributs physiologiques nécessaires pour ressentir la douleur ? Et se comportent-ils comme s’ils ressentaient de la douleur ? De cette façon, nous savons que notre chien qui marche sur un chardon et couine ressent la douleur. Nous savons qu’un porc dans une caisse, un poulet dans une cage, une vache dans un parc d’engraissement et un mouton dans un camion sur le chemin de l’abattoir sont tous des animaux qui souffrent. La recherche indique de plus en plus que les poissons ressentent de la douleur. Mais les plantes ?

Il est possible qu’un jour nous découvrions que les plantes ressentent quelque chose que nous pourrions comparer à la douleur et si cela nous importe plus que, disons, les animaux ressentant de la douleur, alors il serait quand même sage d’être vegan. C’est parce que les vegans consomment beaucoup moins de plantes que les personnes qui mangent de la viande.

Quoi ?! C’est vrai.

En effet, les animaux d’élevage consomment un tiers de la récolte mondiale de céréales2 et 70 pour cent de la récolte mondiale de soja,3 mais ils redonnent moins en viande, lait et œufs que ce qu’on trouve dans les plantes. Et quand nous mangeons des animaux, nous sommes aussi responsables de toutes ces récoltes gaspillées qu’ils ont mangées.

Ainsi, nous pouvons réduire considérablement toute souffrance potentielle pour les végétaux en étant vegans, tout en réduisant la souffrance réelle des animaux.

Inscrivez-vous pour découvrir l’alimentation végétale et accédez gratuitement à notre guide vegan, nos fiches de recettes et nos conseils santé et nutrition.

Manger vegan au mois de janvier

Lancez-vous !