Les animaux de la ferme disparaîtront

Certaines personnes craignent que certaines espèces d’animaux d’élevage disparaissent si les gens cessent de les manger, et pour de nombreuses espèces d’élevage, ce serait certainement une bonne chose. Les races d’élevage ne sont pas naturelles en ce sens qu’elles ne sont pas présentes à l’état sauvage. Ils ont été spécifiquement élevés par les humains pour avoir certains traits physiques, tels que de gros muscles ou des rendements laitiers élevés, mais ces traits lucratifs causent aussi beaucoup de souffrance.

Les races commerciales de dindes et de poulets de chair, par exemple, ont été sélectionnées pour prendre beaucoup de poids le plus rapidement possible et, par conséquent, leurs articulations sont douloureuses, leur cœur est faible et elles sont sujettes aux fractures. Il est juste que ces pauvres créatures ne soient pas élevées pour souffrir de cette façon. Mais cela ne veut pas dire que toutes les races de volaille vont disparaître complètement. Il existe encore des espèces sauvages de volailles, tandis que d’autres sont devenues sauvages, c’est-à-dire qu’elles étaient autrefois captives, mais qu’elles ont réussi à retourner dans la nature.

Les vaches laitières ont été génétiquement sélectionnées pour avoir un rendement laitier élevé, mais cela signifie qu’elles souffrent de problèmes de pattes et de métabolisme accrus, ainsi que d’une sensibilité accrue aux maladies.1 Dans les fermes, elles sont fécondées à plusieurs reprises et souffrent des conséquences émotionnelles supplémentaires qu’entraîne l’enlèvement de leurs veaux. Lorsqu’elles atteignent l’âge de six ans, la plupart des vaches laitières sont considérées comme « épuisées » – c’est-à-dire qu’elles sont boiteuses, épuisées ou devenues stériles – et elles sont envoyées à l’abattoir. Il est juste que ces pauvres créatures ne soient pas élevées pour souffrir de cette façon. En outre, il y a des bovins sauvages, dont le bison et le buffle, de sorte que les bovins ne disparaîtront pas.

Et c’est la même chose pour toutes les autres espèces d’élevage – canards, oies, porcs et moutons. Leurs ancêtres sauvages vivent encore librement, et ils ne disparaîtront pas. Et si nous adoptions tous une alimentation végétale, il y aurait beaucoup plus de terres disponibles pour les habitats de ces animaux sauvages et d’autres.2 Il est également fort probable que des espèces d’élevage existeront toujours dans des sanctuaires. Après tout, nous ne mangeons pas de chiens ou de chats, et ils ne se sont pas éteints !

Inscrivez-vous pour découvrir l’alimentation végétale et accédez gratuitement à notre guide vegan, nos fiches de recettes et nos conseils santé et nutrition.

Manger vegan au mois de janvier

Lancez-vous !