Est-il temps de taxer la viande ?

Quand on voit l’étiquette de prix sur une barquette de viande, il est facile de penser qu’elle reflète ce que le produit coûte à fabriquer, mais le coût réel des produits animaux est énorme, vaste et largement caché. Il comprend : le coût pour notre santé, un prix supporté en grande partie par les systèmes de santé publique ; le coût d’essayer de prévenir la mortalité mondiale par la résistance aux antibiotiques ; et le coût de l’immense impact environnemental de l’agriculture animale.

Pour lutter contre ces coûts importants mais cachés, les politiques, les scientifiques et les groupes de réflexion proposent de plus en plus la même solution : nous devons instaurer une taxe sur la viande.

Une telle taxe n’est pas sans précédent

Au Royaume-Uni, le sucre, l’alcool et le tabac sont taxés afin de nous décourager de consommer ces produits nocifs et de mieux protéger notre santé.

Nous sommes également facturés pour les sacs en plastique et la conduite de nos voitures dans les « zones d’embouteillage » des villes, et ces taxes sont là pour nous encourager à changer nos comportements et à réduire le fardeau que nous faisons peser sur la planète.

Nous sommes habitués à ce que le gouvernement introduise de telles taxes lorsqu’il y a un besoin pressant, et il ne fait aucun doute qu’un tel besoin existe concernant la viande.

Les coûts des viandes rouges et transformées

En 2015, l’Organisation mondiale de la santé avait suffisamment confiance dans l’ampleur et la profondeur des recherches déjà menées pour affirmer que les viandes transformées causent le cancer et que les viandes rouges sont aussi une cause « probable ».

Alors que la viande rouge transformée est largement liée au cancer de l’intestin, manger plus de viande rouge que la quantité recommandée – ce que nous faisons dans de nombreux pays riches – est lié aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et au diabète.

Des recherches menées au Royaume-Uni ont montré qu’une taxe de 20 % sur la viande rouge non transformée et une taxe de 110 % sur les produits transformés dans les pays riches (avec des taxes moins élevées dans les pays moins riches) permettrait de réduire de 220 000 le nombre annuel de décès et de collecter quelque 170 milliards de dollars / 150 milliards d’euros. Cela permettrait également d’économiser 41 milliards de dollars par an en soins de santé. Bref, le prix du bacon et des saucisses doublerait si l’on tenait compte des dommages qu’ils causent à la santé des gens.

Mais ce n’est toujours pas le véritable coût de la viande.

Les coûts de la résistance aux antibiotiques et des maladies inter-espèces

Le professeur Tim Lang du Centre of Food Policy et le professeur Mike Rayner du Département de la santé de la population de l’Université d’Oxford ont écrit que la viande non seulement alourdit le fardeau des maladies non transmissibles, mais qu’elle est un facteur clé de la résistance aux antimicrobiens. En effet, une quantité importante d’antibiotiques est administrée aux animaux d’élevage simplement pour les garder en vie pendant quelques semaines ou quelques mois jusqu’à leur abattage.

En 2018, l’Organisation mondiale de la santé a publié des données de surveillance sur la résistance aux antibiotiques qui ont révélé des « niveaux élevés » de résistance à un certain nombre d’infections bactériennes graves dans les pays à revenu faible et élevé.

Le Dr Margaret Chan, Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré : « Nous sommes confrontés à une ère post-antibiotique, dans laquelle de nombreuses infections courantes n’auront plus de remède et, une fois encore, tueront sans relâche ». Elle a décrit la résistance aux antimicrobiens comme un « tsunami au ralenti », la Banque mondiale estimant que la résistance aux antibiotiques pourrait coûter à l’économie mondiale mille milliards de dollars par an après 2030.

Et puis il y a les zoonoses – les agents pathogènes qui passent des animaux aux humains.

Avec au moins 61 % de tous les agents pathogènes humains provenant d’animaux, il n’est pas étonnant que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture les appelle « une menace majeure pour la société ». Il s’agit notamment de la grippe aviaire, de la fièvre charbonneuse, de la salmonelle et d’E. coli – toutes des maladies qui causent de terribles souffrances et peuvent être mortelles – et leurs répercussions sans antibiotiques efficaces ne peuvent que s’aggraver.

Bien que toutes les zoonoses ne proviennent pas d’animaux d’élevage, le coût direct des zoonoses a été estimé à plus de 20 milliards de dollars au cours de la décennie allant jusqu’en 2012, avec plus de 200 milliards de dollars de pertes indirectes pour l’ensemble des économies touchées.

Les coûts de l’élevage pour l’environnement

Et qu’en est-il du coût de l’élevage pour notre environnement ? Comment en tenir compte dans le prix des produits animaux à la caisse ?

Nous savons avec certitude que l’industrie de la viande est dommageable pour l’environnement. C’est l’un des principaux moteurs du changement climatique, car il produit plus d’émissions de gaz à effet de serre que le carburant émis par chaque voiture, avion, camion et train sur la planète.

Nous savons que l’industrie de la viande est l’un des principaux moteurs de la déforestation en raison de son besoin incessant en terres supplémentaires. Et avec la perte de forêts et d’autres habitats, nous perdons des populations animales entières, l’agriculture étant citée comme l’une des principales raisons pour lesquelles les populations animales sauvages ont diminué de 60 % au cours des 40 dernières années. Un chiffre monétaire n’a pas encore été établi pour tout cela, mais le coût de la déforestation pour l’économie seulement serait de l’ordre de cinq mille milliards de dollars.

Bien sûr, la valeur d’une chose ne réside pas seulement dans sa valeur financière, et nous ne connaissons aucun moyen significatif de quantifier la perte dévastatrice des espaces sauvages de la Terre, car notre consommation de produits animaux conduit d’innombrables espèces à l’extinction.

Solutions pour lutter contre les coûts élevés liés à la viande

Bien que ces pertes ne puissent être calculées, nous savons qu’il existe des moyens concrets pour chacun d’entre nous de contribuer à les combattre. De nombreuses preuves ont conduit les chercheurs de l’Université d’Oxford à affirmer qu’être vegan (ne pas manger de produits d’origine animale du tout) est probablement « le meilleur moyen de réduire votre impact sur la planète Terre, non seulement concernant les gaz à effet de serre, mais aussi l’acidification, l’eutrophisation, l’utilisation des terres et de l’eau à l’échelle mondiale. »

Mais comment encourager les gens à végétaliser leur alimentation, d’autant plus que les opposants à une taxe sur la viande soutiennent que les familles et les agriculteurs les plus pauvres seraient les plus durement touchés ?

Bien qu’il soit juste de soulever de telles préoccupations, elles pourraient être traitées assez facilement si les revenus générés par la taxe étaient utilisés pour subventionner des aliments durables et aider les agriculteurs à passer à des pratiques plus durables. Les agriculteurs sont depuis longtemps des adeptes de la diversification pour satisfaire les tendances du marché, et de plus en plus d’anciens éleveurs se reconvertissent dans l’agriculture végétale.  Aucun agriculteur n’a besoin de perdre son gagne-pain. Les vegans ont besoin des agriculteurs comme tout le monde.

Bien que nous sachions au fond de nous-mêmes que la réduction – ou de préférence la suppression – des produits d’origine animale aura des avantages significatifs et un énorme impact, il semble que la plupart d’entre nous aient encore besoin d’être poussés dans la bonne direction.

Après tout, nous savions que les sacs en plastique étaient mauvais pour l’environnement, mais nous avons continué à en emporter à la maison jusqu’à ce qu’il faille les payer. Trois ans après l’instauration de cette taxe, le nombre de sacs en plastique à usage unique distribués par les supermarchés avait chuté de 85 %. Bref, la taxe sur les sacs en plastique fonctionne.

De plus en plus, les grands penseurs considèrent qu’une « taxe dissuasive » sur le boeuf, l’agneau et le porc est inévitable. Nous proposons d’aller plus loin et d’inclure toute la viande, les produits laitiers et les oeufs. Après tout, la résistance aux antibiotiques, les zoonoses et les maladies cardiaques ne sont pas exclusivement associées à la viande rouge, et lorsqu’il s’agit de rivières polluées, les élevages laitiers sont trop souvent mis en cause.

De nombreuses personnes sont déjà convaincues de la nécessité d’une action gouvernementale dans ce domaine. D’après Rob Bailey du Royal Institute of International Affairs : « J’ai du mal à imaginer qu’une taxe sur la viande ne sera pas mise en place dans la prochaine décennie ».

Découvrez l’alimentation végétale en téléchargeant gratuitement votre Guide Vegan.

Télécharger le guide
  1. World Health Organization, ‘Q&A on the carcinogenicity of red meat and processed meat’, October 2015 [https://www.who.int/features/qa/cancer-red-meat/en/]
  2. Damian Carrington, ‘Taxing red meat would save many lives, research shows’, The Guardian, 6 Nov 2018 [https://www.theguardian.com/environment/2018/nov/06/taxing-red-meat-would-save-many-lives-research-shows]
  3. lbid
  4. Sarah Knapton, ‘”Meat tax” which would almost double price of sausages should be brought in to save lives, say health experts’, The Telegraph, 6 Nov 2018 [https://www.telegraph.co.uk/science/2018/11/06/meat-tax-would-almost-double-price-sausages-should-brought-save/]
  5. Prof Tim Lang and Prof Mike Rayner, ‘A meat tax need not hit the poor’, The Guardian, 10 Jan 2019 [https://www.theguardian.com/environment/2019/jan/10/a-meat-tax-need-not-hit-the-poor]
  6. World Health Organization, ‘High levels of antibiotic resistance found worldwide, new data shows’, 29 Jan 2018 [https://www.who.int/mediacentre/news/releases/2018/antibiotic-resistance-found/en/]
  7. World Health Organization, ‘World Health Day 2011’, 6 April 2011 [https://www.who.int/mediacentre/news/statements/2011/whd_20110407/en/]
  8. World Health Organization, ‘WHO Director-General briefs UN on antimicrobial resistance’, 18 April 2016 [https://www.who.int/dg/speeches/2016/antimicrobial-resistance-un/en/]
  9. Madlen Davies, Callum Adams and Claire Newell, ‘The true cost of antibiotic resistance in Britain and around the world’, The Telegraph, 29 March 2018 [https://www.telegraph.co.uk/news/2018/03/26/almost-died-true-cost-antibiotic-resistance-britain-around-world/]
  10. World Health Organization, ‘Neglected zoonotic diseases’ [https://www.who.int/neglected_diseases/diseases/zoonoses/en/]
  11. Food and Agriculture Organization of the United Nations, ‘The monetary impact of zoonotic diseases on society’, 2018 [http://www.fao.org/3/i8968en/I8968EN.pdf]
  12. Clare Narrod, Jakob Zinsstag and Marites Tiongco, ‘A one health framework for estimating the economic cosy of zoonotic diseases on society’, Ecohealth. 2012 Jun; 9(2): 150-162.
  13. Damian Carrington, ‘Humanity has wiped out 60% of animal populations since 1970, report finds’, The Guardian, 30 Oct 2018 [https://www.theguardian.com/environment/2018/oct/30/humanity-wiped-out-animals-since-1970-major-report-finds]
  14. Matt Chorley, ‘$5,000,000,000,000: The cost each year of vanishing rainforest’, The Independent, 3 Oct 2010[https://www.independent.co.uk/environment/climate-change/5000000000000-the-cost-each-year-of-vanishing-rainforest-2096367.html]
  15. Damian Carrington, ‘Avoiding meat and dairy is the “single biggest way” to reduce your impact on Earth’, The Guardian, 31 May 2018 [https://www.theguardian.com/environment/2018/may/31/avoiding-meat-and-dairy-is-single-biggest-way-to-reduce-your-impact-on-earth]
  16. Rebecca Smithers, ‘England’s plastic bag usage drops by 85% since 5 charge introduced’, The Guardian, 30 Jul 2016 [https://www.theguardian.com/environment/2016/jul/30/england-plastic-bag-usage-drops-85-per-cent-since-5p-charged-introduced]
  17. Andrew Wasley, Fiona Harvey and Madlen Davies, ‘Serious farm pollution breaches rise in UK – and many go unprosecuted’, The Guardian, 21 Aug 2o17 [https://www.theguardian.com/environment/2017/aug/21/serious-farm-pollution-breaches-increase-many-go-unprosecuted]
  18. Damian Carrington, ‘Meat tax “inevitable” to beat climate and health crises, says report’, The Guardian, 11 Dec 2017 [https://www.theguardian.com/environment/2017/dec/11/meat-tax-inevitable-to-beat-climate-and-health-crises-says-report]

 

Manger vegan dès aujourd'hui

Télécharger le guide